FOCUS – RHEYZ le Rocca 2.0 sort son album « Fiel »


0
Le magazine Isiyu a eu l’occasion de rencontrer le rappeur Rheyz à l’occasion de la sortie de son dernier album intitulé « Fiel ». Rheyz a été bercé dans l’univers des ghettos et favelas sud-américains et nous explique son parcours. http://smarturl.it/RheyzFiel 

 

ISIYU.fr : Dis-moi Rheyz, peux-tu te présenter pour ceux qui ne te connaissent pas? D’où vient ton Blaze ?

 

Rheyz rap francaisJe suis un rapeur originaire de la Guyane avec des parents latino d’ou cet attachement pour le Brésil. J’ai grandi en Guyane dans le quartier de Chicago et j’avais de la famille à Belém, Fortaleza et Rio de Janero. J’ai donc vécu 8 ans en Guyane et 8 ans au Brésil. Mon blaze signifie « roi » en « portugais ». J’ai juste rajouté la lettre Z à la fin.

 

Isiyu.fr : Comment t’es-tu mis dans le rap? Je sais que tu touches à tout, production, réalisation.. Dis-m’en plus.

 

Dès que je suis arrivé en France, avec mon accent, on m’a incité à aller vers le rap. Mais avant d’y arriver, j’ai fait du foot (avec Malouda), j’ai ridé en roller au X Game et j’ai même eu un titre de champion de France dans les années 2000. J’ai même fait les X-Games au Brésil à Rio.

 

Je me suis vraiment mis dans le rap suite à une blessure. À l’époque, j’étais sponsorisé par Royal Wear, avec Sully Sefil. Il m’a invité dans son studio a châtelet. J’étais impressionné ; il m’a même fait écouter un titre qu’il avait en featuring avec Snoop Dogg qui n’est jamais sorti.

 

Petit à petit, je me suis mis à rapper avec EDLB (Willy Bank) dit l’ofrfèvre. Maintenant, c’est lui qui compose et gère notre studio (Phenomenal Prod en plein coeur de St Michel).

 

Isiyu.fr : Parle-moi de ton premier projet et de l’esprit hip-hop à l’époque ?

 

En 2007 j’ai sorti un CD  » Welcome To The Hood » en indépendant puis j’ai rejoint l’écurie Ghetto Fabulous Gang. L’anecdote avec ce premier CD c’est que grâce à la pochette et le titre j’ai été mis en avant à la Fnac juste à côté de l’album de 50 Cent. À l’époque, tu ne pouvais pas écouter tous les CDs et c’est la pochette qui faisait vendre.  Pour la promo j’avais fait fabriquer 10,000 stickers à coller dans tous les métro et RER de paris.

 

Ensuite, toujours avec Ghetto Fab, j’ai quadrillé Clignancourt, car je savais que c’était « Le lieu » de vente. Je ne comptais pas sur les maisons de disque. Je me suis fait repérer et j’ai intégré Altes Music avec O’Rosko. C’était le CFA, le centre de formation et n’y avait pas mieux. J’ai fais de grosses tournées en France, à la Réunion, à Mayote, etc. En 2009 j’ai sorti le CD Street Révélation avec Ghetto Fabulous.

 

Ensuite Alpha 5.20 m’a annoncé qu’il allait arrêter le rap et en suivant ses conseils j’ai décidé de me lancer en solo avec mon propre stand à clignancourt ou je vendais ma propre marque de vêtement « Falcao ». Avec différents aller-retour au Brésil, je suis revenu avec style qui me ressemblait plus.

 

Isiyu.fr : Tu as donc vécu l’âge d’or du Hip-hop ?

 

Écoute il y a des mecs qui sont en maison de disque et qui vendent 1000 CDs au max. Moi je vendais 1500 CDs sur mon stand à Clignancourt ; et ça pour mon premier CD. Mon 2e CD j’ai pressé 2500 copies avec des têtes d’affiche à l’époque (O’Rosko, Alpha 5.20, Alibi). Entre 5 euros et 10 euros le CD, tu fais rapidement le calcul.

 

Isiyu.fr : Donc tu as charbonné à l’époque? Aujourd’hui comment travailles-tu ta communication, ton marketing?
 

 

Aujourd’hui je travaille toujours en indépendant. Je suis distribué en Digital par believe et j’ai mon propre merchandising que je vends sur mon site. Après avoir goûté à la vente directe de mes CDs je ne me vois plus recevoir le peu que je pourrais en tirer avec un contrat.

 

En étant signé chez believe, j’ai droit à beaucoup plus davantage et j’ai un label manager qui m’aide à exposer mes projets. Cela à plus d’impact qu’en distribuant via Zimbalam ou TuneCore. Mais à la base, je fais tout, tout seul. Si quelque chose ne va pas, je sais que c’est de ma faute et je ne rejette pas la faute sur autrui. J’ai appris à monter des clips, j’apprends à photographier, créer des sites web, etc… Je prends donc l’initiative de presser mes CD et les vendre avec mon merchandising sur mon site.

 

Isiyu.fr : On remarque que l’empreinte sud-américaine, les favelas sont encrées en toi et que tu le revendiques. Parle-moi du projet Fiel?
 

 

Le projet est venu de lui même, la suite de mes allez retour au brésil en développant la marque Falcao. J’ai revécu de bons moments, des drames et la vraie vie et les galères du pays. Les gens à Rio m’appellent « Fiel », c’est un peu comme dire « Mon gars sur » ou « mon blada » en Guyane. Je pense que dans le rap français, ce Cds sera à part.
 

 

J’ai vraiment préparé ce projet en 3 ans. Je dirais qu’en réalité j’ai fait 3 CDs et j’ai choisi les meilleurs titres. Fiel représente mes galères, qui relate également ce que j’ai vécu étant petit , voir tes cousins avec armes dans les Favelas, les meurtres de tes amis… Les gens ont plus d’armes qu’ils ont de téléphone. C’est le conditionnement du quartier, mais cela fait vivre la Favela : la drogue, la prostitution. Il ne faut pas le voir comme une fatalité, mais plutôt comme un acte de survie. Tant qu’on n’est pas passé de l’autre côté de barrière, on ne peut pas comprendre. Si tu tends l’oreille et même si tu n’aimes pas le rap, tu sais que la souffrance ne s’invente pas. C’est dans cet état d’esprit que j’ai écrit les titres de ce CDs « Fiel » : montrer mon identité et ma vision des choses.

 

Isiyu.fr : Parle-moi des beatmakers comment travailles-tu avec eux? Il n’y a pas de feat sur le projet

 

Pour les instrus, je bosse en général avec avec Willy Bank lorfèvre. À part lui, je bosse beaucoup avec les américains qui sont parfois des Européens expatriés. Je bosse avec un beatmaker qui a composé des instru pour Florida :

 

Dès qu’une instru me plaît, je peux l’écouter pendant un an dès qu’elle me parle. Si elle me plaît, je l’achète. Je ne suis pas du genre à écrire en 2 min. Il faut respecter le travail du compositeur et étant donné que j’ai payé je me respecte également en prenant mon temps pour l’écriture.

 

Isiyu.fr : J’écoute la rythmique de ton projet tu choisis des prod à l’ancienne…

 

 
Je n’ai pas voulu de collaboration sur ce CD, car il n’y a personne qui a eu mon vécu. Comme je l’ai déjà dit, je voulais montrer mon identité. C’est pour cela qu’il y a des titres en portugais. Il était temps que les gens sachent qui est Rheyz, pourquoi Falcao, pourquoi il parle souvent de l’amérique latine.

 

Concernant la rythmique hip-hop que j’affectionne, je vais te raconter une anecdote. Un jour était en voiture avec ORosko et j’écoutais un mec qui kickait. C’est 2Pac ! 😃 À la base j’écoutais du Ragga Dancehall et du By Funk. Le flow de 2Pac m’a marqué et je m’en inspire beaucoup. Un autre rappeur qui m’a inspiré et que j’ai eu l’occasion de rencontrer c’est Shyne Po, un artiste du label de P.Diddy qui a fait 10 ans de prison pour lui en le protégeant lors d’une bagarre en 1999. Il représente vraiment ce que j’ai vécu durant mon enfance à Chicago en Guyane.

 

Isiyu.fr : D’où vient le nom Falcao pour ta marque et son concept? 

 

falcao street favela brasil Falcao signifie Faucon en portugais. La police appelle ainsi les guetteurs de la favela qui surveillent et voit tout d’en haut. C’est en réalité mon deuxième surnom. J’ai créé la marque en 2010 à RIO lors de mon voyage en 2008 ou je traînais avec les trafiquants.  D’ailleurs je distribue les t-shirts dans les favelas et j’ai respecté ce principe en Guyane. Pour apporter une image à la marque, je suis allé dans tous les Ghettos comme Chicago, Texas, ou encore Troubiran. Ça me fait plaisir de voir qu’ils portent le vêtement. Cela crée ensuite la demande en magasin.

 

Pour l’année 2017, je prévois la sortie d’un ensemble de foot qui lui est fabriqué au Brésil. J’ai également d’autres modèles de T-shirts qui sont fabriqués en Chine. Les femmes seront également représentées avec les prochains modèles suite à la demande croissante. Il y aura donc des produits pour tout le monde dans l’univers Falcao : le Brésil et les favelas.

 

falcao favela mode lifestyle

 

L’égérie de la marque en 2017 est l’artiste La Poisse. Il s’est prêté à une séance photo avec mon photographe en mode Falcao.

 

la poisse labelside falcao

[ads]


Tu as aimé ? Partage le avec tes amis

0
Alban // Siks Musik
Passionné par la musique Hip hop, surtout le Rap et la Trap US. J'écoute tous les styles de musique du hardcore au classique en passant par le genre tropical.Informaticien de métier, je suis également Compositeur de beats Rap, Trap & Soul Trap. Durant mes temps libres je suis également Webmaster, Producteur, Réalisateur de clip vidéo et opérateur de drone sous le blaze "Siks Musik".Rejoins mois sur le chatbot Isiyu.fr : https://chatfuel.com/bot/isiyu.fr

One Comment

  1. Ping : Rheyz - Firma do FB | ISIYU.FR It's All About Music