Menu

Interview ISIYU.FR x NOV (EVO2)

07/13/2017 - INTERVIEWS
Interview ISIYU.FR x NOV (EVO2)

NOV, le chanteur à la voix suave revient pour présenter son nouvel EP Evo 2. Avec ses textes hot et ses basses, il continue de surprendre et secoue encore le RnB français. ISIYU.FR est allé à la rencontre du fameux chinois-pas-chinois, qui n’est plus chauve mais qui a encore la plume qui chauffe.


ISIYU.FR : Bonjour NOV et bienvenue sur ISIYU.fr, pour les abonnés qui ne te connaîtraient pas encore, tu es auteur, compositeur et interprète RnB/Nu Soul. L’un des rares d’ailleurs sur cette scène française, comment t’y sens-tu?

NOV : En autarcie, je suis un peu tout seul. Après je rectifie un peu, Nu Soul ça date un peu. Ma musique a évolué, on peut dire qu’elle est entre la Soul et la Trap music. Il n’y a pas beaucoup d’artistes qui font ce genre de musique. Il y en a qui ont une couleur plus ou moins similaire mais plus axée vers le rap, que vers le chant.

 

ISIYU.FR :  On t’a connu en tant que Mr Nov, du temps de “Trop fresh” sur ton EP “Sans dessus de Soul”, aujourd’hui je parle à NOV qui présente son huitième projet “Evo 2”, un vrai chemin a été parcouru, qu’est-ce qui a changé?

NOV : Rien n’a vraiment changé, à part mon physique et mes cheveux (rires). C’est toujours la même routine, j’essaie d’être présent un maximum. J’essaie d’avoir cette cadence, un projet par an au minimum. J’ai pris du retard avec « Evo 2 » puisque j’ai mis plus d’un an et demi mais j’essaie d’être actif, pour qu’on ne m’oublie pas, maintenant ça va très très vite.

 

Le NOV loveur n’a pas disparu.

ISIYU.FR : Malgré une majorité de morceaux à sonorités Soul, depuis ton album Pure et surtout avec Evo on t’entend plus surfer sur des influences Trap, comment as-tu perçu ce nouveau mouvement, notamment pour ta musique?

NOV : Je pense que c’est l’influence musicale, avant j’écoutais beaucoup de Nu Soul, D’Angelo, Musiq Soulchild, du coup lorsque je faisais de la musique j’étais très influencé. Les instrus étaient très douces, il fallait trouver des thèmes qui s’accordent aux instrus, la manière d’écrire et l’angle d’écriture.
Petit à petit je me suis mis à écouter beaucoup plus de Trap. À cette époque je m’étais enfermée dans cette case un peu de crooner. Avec « Evo » j’ai décidé de me lâcher vraiment et de faire ce que j’avais envie de faire, ce n’était qu’un EP, c’est fait pour s’amuser. Il y a eu vraiment un changement artistique mais logique en même temps. Sur les paroles aussi, les prods étant plus dures, plus dynamiques, cela joue sur ton écriture et tes thèmes. Quand pour « Evo » Zeg P m’a fait écouter la prod de « Ceux qui disent », je ne me voyais pas écrire pour les meufs. Le NOV loveur n’a pas disparu, ce sont juste des périodes.

 

ISIYU.FR :  On parle d’influences Trap, mais qu’écoutes-tu en général? Tu restes dans la vibe RnB ou tu n’hésites pas à écouter des styles totalement différents?

NOV : J’écoute la plupart des artistes de Trap, des artistes à la mode comme des artistes un peu moins connus. Quand c’est arrivé, j’ai compris et apprécié le cheminement. Je pense que l’ancêtre du Trap c’est le « Dirty ». Il y avait cette sonorité un peu « Sub 808 », avec les Shirleys spécifiques à la Trap et après cela a évolué vers la Trap music. À l’époque j’aimais déjà et quand la Trap a dominé le Hip Hop américain, ça m’a plu et ça m’a influencé. Je tournais un peu en rond, les sonorités devaient être les mêmes, que ça sonne RnB ou Soul, il y avait des codes à respecter. Lorsque la Trap s’est démocratisée aux États-Unis, ça m’a permis de jouer avec ces sonorités là et les mélanger avec la Soul que j’aimais faire. Sur mon deuxième album Cullinan, avec le morceau « À deux doigts », j’ai cherché des accords, des harmonies à la guitare tout en voulant que ça « tape » et ça sonnait déjà Trap. C’était les prémices d’Evo et Evo 2.

 

ISIYU.FR:  Travailles-tu avec des beatmakers ou tu te charges de tes prods?

NOV : À l’heure actuelle je travaille avec des beatmakers. Il y a quelques temps je faisais tout, tout seul. Ce qui est une bonne et une mauvaise chose. Tu fais tout seul, tu diriges tout, tu as la vision mais tu peux vite tourner en rond. Quand tu travailles avec quelqu’un, tu dois trouver des compromis, entre ce que t’aimes faire et les idées du beatmaker. Ce sont deux énergies qui se rassemblent pour trouver quelque chose d’intéressant. Sur « Evo » et « Evo 2 » j’ai pas mal travaillé avec Zeg P. Sur « Evo 2 », Jack S et Oris Beats.

 

ISIYU.FR :  Les sujets de tes chansons ont un peu changé, tu parles d’argent ou de la vie en général, comment as-tu dépassé le côté loveur ?

NOV : Je l’ai toujours plus ou moins fait quand on écoute mes anciens projets. Déjà le tout premier « Sans dessus 2 Soul », le morceau « Laissez-nous pleurer » qui est très rap en featuring avec Al Peco. Il y a le morceau « Ma vie de galérien », on ne parlait pas de meufs. Sur « Groove Therapy » il y avait le morceau « BCJC », un autre thème, un peu sur le second degré mais un peu plus terre à terre. J’ai toujours eu des projets comme ça mais faut dire qu’à l’époque, les gens appréciaient plus le NOV chanteur qui parlait de meufs. Quand tu t’enfermes dans un cadre, c’est bien tu plais à tes fans mais toi, est-ce que quand tu sors du studio après t’es content ? Est-ce que tu ne voudrais pas mettre en avant un morceau en te disant que tu vas présenter une autre facette de toi. Ce qui peut être difficile car il y a un travail à faire sur l’image autour de l’artiste. Tu ne peux pas arriver avec une certaine image et chanter autre chose. Surtout en France, ils sont tout de suite décontenancés donc il faut trouver le temps pour les habituer et les ramener vers ce que tu as envie de transmettre. Il y a les featurings qui m’ont aidé. Sur « Evo », le titre avec Mac Tyer qui est un pilier du rap français, les gens ont compris que NOV ce n’était pas que du chant pour les meufs.

 

ISIYU.FR :  En plus de tes derniers feat avec Mac Tyer et Tito Prince, d’ailleurs jeune recrue du label Interludes, tu apparais de plus en plus sur des collab axées rap, Niro, Alpha Wann, G.A.N, d’autres projets de ce style pour cette année?

NOV : Pour le moment je ne peux pas répondre mais je ne suis jamais fermé à ce genre de collaborations, du moment que l’artiste me plaît, j’y vais. Les collaborations sont plutôt axées Hip Hop, peu de chanteur à chanteur.

 

ISIYU.FR :  Entre  « Evo » et « Evo 2 », tu es passé de l’homme qui avait trouvé sa « dernière » dans « RIP » au «Lossa», le discours avec les femmes a changé ? LOL

NOV : Ce n’est pas autobiographique, j’ai une manière d’interpréter les chansons qui fait que les gens pensent que je chante ma vie. Depuis « Groove Therapy » je ne chante plus ma vie. Cet album était vraiment axé sur ce que j’ai vécu. Après ce projet ça a été majoritairement de la fiction. « RIP », on l’a tous vécu cette histoire c’est pour ça que les gens s’identifient. Dans « Evo 2 », je parle un peu de tout. « Lossa » c’est un peu mon histoire mais quand j’étais plus jeune, au début de ma carrière. Aujourd’hui il y a YouTube, où tu peux facilement prétendre être un artiste. Avec Instagram aussi tu es certifié rapidement. Et à cette époque c’était compliqué,  quand tu sortais un clip, tu étais une « star » ! Donc quand j’ai commencé j’ai eu beaucoup de demandes et j’ai vécu ce que je dis dans « Lossa », plus maintenant.

 

ISIYU.FR :  Des dates Live de prévues pour 2017 ?

NOV : Oui un concert parisien en fin d’année et des show cases au compte-gouttes un peu toute l’année,  j’invite les gens à me suivre sur les réseaux sociaux pour avoir plus d’infos.


Suivre NOV sur les réseaux sociaux

Facebook / Instagram / Twitter : @monsieurnov

CLIP DOWN FOR ME

CLIP IG

CLIP “QUAND VIENT LA NUIT”

Snapchat 2077220358 100x100 - Interview ISIYU.FR x NOV (EVO2)
No revolutions without Music.

Laisser un commentaire